21/06/2012

19:6 - Les Noces de l'Agneau


 

LE REGNE DU MESSIE
Apocalypse 19:6-21:8


Après qu’eût été brisé le septième sceau (8:1), après le retentissement de la septième trompette (11:15), c’est ici la septième coupe du jugement de Dieu, la dernière (16:17). Celle du jugement de Babylone la grande, mais aussi de toutes les nations de la terre. La "prostituée" (17:1) revendiquant l’héritage de l’enseignement du Christ, aura trouvé sa juste fin, mais est-ce pour autant que ce message de l’Evangile conduira à un échec ? Absolument pas ! Et ce qui suit établit l’aboutissement de l’œuvre de la rédemption.


 
L’avènement du Christ
Apocalypse 19:6-21

Alors vient un cri de joie au ciel, "car les noces de l’Agneau sont venues". Ce cri sitôt prononcé, les événements semblent se précipiter. Les puissants sont abattus dans une conflagration radicale et le Christ entre alors dans son règne, accomplissement de la parole du psalmiste :

Pourquoi s'agitent les nations,
    et les peuples méditent-ils la vanité ?
Les rois de la terre se lèvent,
    et les princes consultent ensemble
    contre l'Éternel et contre son Oint :
Rompons leurs liens, et
    jetons loin de nous leurs cordes !
    (…)
Je raconterai le décret :
    l'Éternel m'a dit : Tu es mon Fils ;
    aujourd'hui, je t'ai engendré.
Demande-moi, et je te donnerai
    les nations pour héritage, et, pour
    ta possession, les bouts de la terre ;
Tu les briseras avec un sceptre de fer ;
    comme un vase de potier
    tu les mettras en pièces."

        (Psaume 2:1-3,7-9).

 
Les noces de l'Agneau – 19:6-10
 
La victoire de la Croix a conduit à rassembler tous les humains qui n’ont pas rejeté la parole de la grâce ; ils sont unis à Christ par des liens indestructibles. Ne fallait-il pas que la réalité de cette victoire soit affirmée avant que vienne le jugement de la terre ? Et pour que ceux qui ont "marché avec le Christ" sur la terre soient visiblement associés à son règne ? "Si nous souffrons, nous régnerons aussi avec lui" (2 Timothée 2:12, voir aussi 5:10, 20:6).
 
Dans le cours du livre, nous avons été placé devant la "moisson", lorsque le bon grain a été porté dans les greniers célestes (14:14-16), ce fruit qui réjouit Celui qui s’est livré en sacrifice (Ésaïe 53:10-11, 1 Pierre 1:18-19). Viennent alors les "noces de l’agneau." L’aboutissement ultime du dessein de Dieu (Ephésiens 5:27). Et une louange vient alors au ciel, célébrant le commencement du règne de Dieu, comme nous le lisions plus tôt de la bouche des vingt-quatre anciens (11:17).

6 Et j'entendis la voix forte d’une grande foule dans le ciel, comme la voix de grandes eaux et comme le bruit de forts tonnerres. Elle disait : Alléluia ! Car le Seigneur, notre Dieu, le Tout-puissant, est entré dans son règne. 7 Réjouissons-nous, soyons transportés d’allégresse et donnons-lui gloire, car les noces de l'Agneau sont venues, et son épouse s'est préparée. 8 Il lui a été donné d'être vêtue de fin lin, resplendissant et pur ; le fin lin, ce sont les actes justes des saints.

Les noces de l’Agneau ! Une figure d’harmonie incomparable, bien au-delà de la notion d’Alliance. Cette image est introduite par les prophètes dès avant l’exil à Babylone, et bien évidemment par la suite (Osée 2:16, Ezéchiel 16:8, Esaïe 54:6) comme dans l’enseignement néotestamentaire. Qui est dont "l’épouse de l’Agneau" ? Pour y répondre, Jean sera mené sur une haute montagne (21:10). Voyons le contraste avec "la femme prostituée" décrite au milieu d’un désert…
 
La parure de l’épouse ! Elle ne reflète pas, ici, l’œuvre de la rédemption, le "vêtement blanc" reçu par grâce (4:4, 6:11, 7:13-14, voir aussi Luc 15:22), car nous lisons que l’épouse s’est préparée elle-même ! Le fin lin, "les actes justes des saints" est en soi une exhortation forte sans qu’elle ne soit exprimée, un motif de vie pour les croyants… N’est-ce pas aussi pour cela qu’il est écrit "heureux celui qui garde les paroles de la prophétie de ce livre !"  (22:7) ?
 
Suit une nouvelle parole à l’adresse du lecteur de ce livre :

9 Il me dit : Écris : Heureux ceux qui sont invités au banquet des noces de l'Agneau.
 
   Puis il me dit : Ce sont ici les vraies paroles de Dieu.
10 Je tombai à ses pieds pour me prosterner devant lui, mais il me dit : Garde-toi de faire cela ! Je ne suis que ton compagnon d'esclavage et celui de tes frères qui portent le témoignage de Jésus. Rends hommage à Dieu ! Car l'esprit de la prophétie est le témoignage de Jésus.

"Les vraies paroles de Dieu !" Le voyant tombe sur sa face. La vision est solennelle, et il paraît associer l’ange qui lui parle au Seigneur lui-même, celui qui est  La Parole  (Jean 1:1,14, 3:34). Mais l’ange se récrie, car il est lui-même aussi un serviteur de Dieu (22:8-9, Hébreux 1:14). Et il lui dit "Rends hommage à Dieu !" Et d’ajouter que "l’esprit de la prophétie" conduit à rendre témoignage à Jésus. Et nous comprenons par là que celui qui lirait ce livre sans être conduit au témoignage de Jésus n’en possède absolument pas le "souffle" ou "l’esprit". Un exemple est donné par Paul qui, face au dessein de Dieu dont il évoquait quelques points essentiels, laisse jaillir cette doxologie : "Ô profondeur de la richesse, de la sagesse et de la connaissance de Dieu ! Que ses jugements sont insondables et ses voies incompréhensibles ! En effet, qui a connu la pensée du Seigneur ? Qui a été son conseiller ? Qui lui a donné le premier, pour devoir être payé de retour ? Tout est de lui, par lui et pour lui ! A lui la gloire pour toujours ! Amen !" (Romains 11:33-36).

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

06:00 Écrit par Eric dans 19:06 Les Noces de l'Agneau

19:11 - La vendange de la terre


 

La vendange de la terre – 19:11-21
 
Lors du retentissement de la  Septième Trompette, nous avons été placés devant deux événements particuliers, la Moisson et la Vendange (14:17-20). A la Moisson sont liées les Noces de l’Agneau. Et ici que nous voyons s’accomplir la Vendange, un jugement sévère du monde, la fin du mystère de Dieu (10:7).
 
Nous avions vu la porte du ciel s’ouvrir (4:1), puis le temple du ciel (11:19, 15:5). La porte et le temple ouverts étaient une invitation à Jean afin qu’il voie ; mais ici le ciel lui-même s’ouvre pour que paraisse le Christ en gloire, lui "le témoin fidèle et vrai" (3:14, 19:11). Une vision de guerre menée par Celui qui a pour nom "La Parole de Dieu" (Jean 1:1,14). Et une entreprise bien exceptionnelle, "son travail inaccoutumé" disait déjà le prophète (Ésaïe 28:21), car le dessein de Dieu est le bien des hommes, et non le malheur ! Le jugement n’est pas une fin en soi, il est l’extraction au monde de ce qui nuit au bonheur des hommes.
 
Une guerre a été déclarée par les "dix cornes qui ont donné le pouvoir à la bête", un mouvement sans repentir, car une énergie d’erreur les anime sans réserve, "car ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité pour être sauvés" (2 Thessaloniciens 2:10-11). La victoire de l’Agneau était annoncée (17:14). C’est sous la figure d’un cavalier drapé de gloire, montant un cheval blanc, que Celui-ci paraît, accompagné d’une grande armée (Matthieu 16:27, 25:31). Des diadèmes, et un nom que nul ne connaît, car sa gloire ne peut être discernée avant qu’elle ne paraisse… Le sang qui marque son vêtement illustre sa victoire implacable (14:19-20, 2 Thessaloniciens 2:7-8, Esaïe 63:3).

11 Alors je vis le ciel ouvert, et un cheval blanc apparut. Celui qui le monte s’appelle Fidèle et Vrai ; il juge et combat avec justice. 12 Ses yeux sont comme un feu flamboyant ; sur sa tête il y a beaucoup de diadèmes et il porte un nom écrit que nul ne connaît que lui seul ; 13 il est vêtu d'un vêtement trempé de sang. Son nom s'appelle : La Parole de Dieu. 14 Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs revêtus de fin lin, blanc et pur.
 
15 De sa bouche sort une épée acérée à deux tranchants avec laquelle il doit frapper les nations ; c’est lui qui les fera paître avec un sceptre de fer, c’est lui qui foule la cuve du vin de la colère ardente de Dieu, le Tout-puissant. 16 Il a sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit : Roi des rois, et Seigneur des seigneurs.

Le temps est venu, celui du combat par l’épée à deux tranchants (1:16, 2:12, 19:15), la parole de Dieu (Ephésiens 6:17, Hébreux 4:12), celui de la vendange et du pressoir (14:20). Et un ange paraît "debout dans le soleil", afin que tous le voient engage à un terrible carnage (Comparer Ezéchiel 39:17-20).

17 Je vis un ange debout dans le soleil. Il cria d’une forte voix à tous les oiseaux qui volaient au milieu du ciel : Venez, rassemblez-vous pour le grand dîner de Dieu, 18 afin de manger la chair des rois, la chair des chiliarques, la chair des puissants, la chair des chevaux et de ceux qui les montent et la chair de tous, hommes libres et esclaves, petits et grands.
 
19 Je vis la bête, les rois de la terre et leurs armées rassemblés pour livrer combat à celui qui monte le cheval et à son armée. 20 La bête fut prise, et avec elle le prophète de mensonge qui avait produit devant elle les miracles par lesquels il avait égaré ceux qui avaient reçu la marque de la bête et qui se prosternaient devant son image. Tous deux furent jetés vifs dans l'étang de feu embrasé par le soufre. 21 Les autres furent tués par l’épée qui sortait de la bouche de celui qui montait le cheval, et tous les oiseaux se rassasièrent de leur chair.

Les armées de la bête et de ses alliés, à commencer par les "dix cornes", sont rassemblées à "Armagédon" (16:16). Nous pouvons bien comprendre qu’il s’agit d’une victoire du bien sur le mal, par la "Parole de Dieu", l’épée à deux tranchants. "La bête et le faux prophète", la puissance politique et son inspirateur au mal ont dès lors perdu tout ascendant sur les hommes… Et même, ils ne sont plus.
L’étang de feu embrasé par le soufre (19:20, 20:10,15), répond à l’image du jugement de Sodome et Gomorrhe (Genèse 19:24), villes qui ne se sont pas relevées, comme aussi le feu ne peut s’éteindre (Matthieu 5.22 ; Luc 16.23, Apocalypse 20.10,15)

Les autres, leurs armées, les forces qui en leur nom dominent sur les peuples pour les détourner de Dieu, disparaissent également de la scène de ce monde, afin que le Christ règne sur une terre purifiée.


 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

06:00 Écrit par Eric dans 19:06 Les Noces de l'Agneau