22/07/2012

1:9 - Vision du Fils de l'homme


 

VISION DU FILS DE L'HOMME
Apocalypse 1:9-20

"Voici, il vient…"  Le sujet de ce livre est annoncé très clairement, et cette annonce ne devrait pas être une surprise alors que les croyants auxquels la lettre était adressée ne pouvaient avoir oublié cette parole : "le fils de l'homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il s'assiéra sur le trône de sa gloire" (Matthieu 25:31). Et si l’attente paraissait longue pour plusieurs, cela ne rend que plus évident le fait que cette attente occupait les esprits (2 Pierre 3:9).
 
Jean est saisi par cette vision, et une voix lui ordonne d’écrire aux sept assemblées d’Asie.

9 Moi, Jean, qui suis votre frère et qui, avec vous, prends part à la tribulation, au royaume et à la persévérance en Jésus, j'étais dans l'île appelée Patmos, pour la parole de Dieu et le témoignage de Jésus Christ.

Jean, « votre frère », dit-il. Il ne se met ni au-dessus, ni même à part des croyants auquel il s’adresse, et connaît, comme eux tous, les difficultés et tribulations propres à ceux qui ne suivent pas le courant général du monde, et en particulier les cultes idolâtres de l’empire. Avec ses frères dans la foi, il persévère dans l’attachement à Jésus Christ.
 
Il va adresser des paroles d’encouragement, mais aussi des remarques bien sévères. Pensons, en lisant ces paroles et tout le livre, à cette question : Pourquoi ces lettres aux assemblées sont-elles présentées avant que ne soit abordé le sujet du livre ? Et encore à cette question-ci : En quoi recevoir les paroles de ce livre apporte-t-il une joie particulière telle qu’il est écrit « Heureux celui qui lit et ceux qui écoutent » ?
 
C’était le jour du Seigneur, le premier de la semaine, appelé ainsi par les chrétiens car c’était le jour de la résurrection (Jean 20:1, Actes 20:7, 1 Corinthiens 16 :2). Une voix forte se fait entendre, et une mission est assignée à Jean : écrire ce qu’il voit et l’adresser aux assemblées d’Asie. L’homme était comme transporté, comme hors de sa condition d’homme, comme tant d’autres prophètes avant lui (Esaïe 6:1, Ezéchiel 37:1, Amos 9:1,Zacharie 2:8, ou encore 2 Corinthiens 12:2).

10 Je fus saisis par l’Esprit, dans la journée dominicale. J'entendis derrière moi une voix, forte comme le son d'une trompette, qui disait : 11 Ce que tu vois, écris-le dans un livre et envoie-le aux sept assemblées : à Éphèse, à Smyrne, à Pergame, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie et à Laodicée.

Jean se retourne pour voir "la voix qui parlait" ; la voix de l’ange envoyé pour lui montrer "les choses qui doivent arriver" (1:1) ; cette voix il l’entendra encore, en particulier lorsqu’après la vision de "ce qui est", Jean sera introduit dans "les choses qui doivent arriver bien vite" (4:1). Et, se retournant, il se trouve devant le Fils de l’homme au milieu de "sept porte-lampes d’or", paré de tous les signes de l’autorité pour exercer la justice.

12 Je me retournai pour voir la voix qui me parlait. M'étant retourné, je vis sept porte-lampes d'or, 13 et au milieu des sept porte-lampes quelqu'un qui ressemblait au Fils de l'homme. Il était vêtu d'une robe qui allait jusqu'aux pieds et portait une ceinture d’or à la poitrine. 14 Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme laine blanche, comme neige, ses yeux comme un feu flamboyant, 15 ses pieds semblables à de l'airain brillant comme embrasé dans une fournaise, sa voix comme le bruit de grandes eaux. 16 De sa main droite il tenait sept étoiles, de sa bouche sortait une épée acérée à deux tranchants et son visage était comme le soleil lorsqu’il brille dans sa puissance.

La robe de juge, telle que la portaient les prêtres au temple de Jérusalem (Exode 28), dont l’ampleur était soulignée par la ceinture portée à la poitrine, contrastant avec la ceinture du service, comme nous lisons ailleurs "Que vos reins soient ceints et vos lampes allumées" (Luc 12:35). La tête blanche de l’homme auquel l’expérience a conféré la sagesse. Les yeux flamboyants, signes de la clairvoyance du regard qui parcourt toute la terre sans que rien ne lui échappe (Genèse 6:12, Esaïe 1:16, Jérémie 16:17, Zacharie 4:10…). Les pieds d’airain, affirmant cette capacité d’aller sans que rien n’entrave la marche. Et la voix, marque d’autorité devant laquelle nulle contradiction ne peut se manifester.
 
Cette présentation chargée de symboles est parfaitement compréhensible pour un Israélite, car elle se réfère à la parole prophétique. Pensons aux visions prophétiques : la vision de la gloire (Ezéchiel 1), la contemplation de la sainteté de Dieu (Esaïe 6) et encore le ciel ouvert sur l’Ancien des jours (Daniel 7:9-12).
 
Les sept étoiles dans la main droite vont être expliquées par l’ange quelques lignes plus loin. Quant à l’épée acérée et au visage exprimant la puissance, nous pouvons le comprendre. Le Fils de l’homme n’est-il pas, lui, "La Parole de Dieu" (Jean 1:1,14), la lumière qui éclaire tout homme, manifestée ici dans toute sa gloire, telle qu’elle parut un instant aux disciples lors de la transfiguration (Matthieu 17:2) !
 
La réaction de Jean est immédiate, il tombe face contre terre. Mais avec quelle promptitude est-il appelé à se relever !

17 Lorsque je le vis, je tombai à ses pieds, comme mort. Alors il posa sur moi sa main droite et me dit : Ne crains pas, c’est moi, le premier et le dernier, le vivant. J'ai été mort, 18 et voici, je suis vivant aux siècles des siècles, et je tiens les clefs de la mort et du hadès. 19 Écris donc ce que tu as vu, et ce qui est, et ce qui arrivera ensuite.

Le Fils de l’homme est-il autre que Celui que Jean avait connu ? Mais pouvait-il changer ? Ne lisons-nous pas : "Jusqu'à votre vieillesse je suis le Même, et jusqu'aux cheveux blancs, je vous porterai. Moi, je l'ai fait ; moi, je porterai, et moi, je chargerai sur moi, et je délivrerai." (Ésaïe 46:4). Ainsi lisons-nous ici "Ne crains pas !"  Ce que Jean entend ici parle de soi-même ; ces paroles soulignent la victoire remportée par celui qui a donné aux hommes le signe de son amour dans l’œuvre de la rédemption. Il a remporté la victoire, ouvert l’accès au ciel ; il a vaincu la mort, elle qui est appelée "le salaire du péché" (Romains 6:23). C’est lui qui tient les clefs de la mort et du hadès, le séjour des morts ; en effet, les "portes du hadès" ne peuvent demeurer fermées, car Celui qui a vaincu à la Croix en détient lui-même les clefs, et il tient lui-même les portes ouvertes (Matthieu 16:28, 27:52, Ephésiens 4:8).
 
Ainsi, Jean se trouve face au Fils de l’homme qui a reçu le pouvoir d’exercer le jugement (Jean 5:22), tout en le retrouvant tel qu’il le connaît, Jésus Christ par qui vinrent "la grâce et la vérité" (1:4, 22:21). Une réalité essentielle : l’homme doit être placé devant l’exercice de la justice, mais là il rencontre celui qui a toutes les ressources de la grâce. Cette réalité n’est pas nouvelle pour le lecteur, car déjà Pierre avait écrit "Car le temps est venu de commencer le jugement par la maison de Dieu" (1 Pierre 4:17). Et quelle est la maison de Dieu aujourd’hui sur la terre, sinon l’ensemble de ceux qui se proclament chrétiens ? Car "vous n'êtes plus étrangers ni forains, mais vous êtes concitoyens des saints et gens de la maison de Dieu" (Éphésiens 2:19).
 
Ceci nous conduit aux lettres aux sept assemblées d’Asie, des assemblées emblématiques qui nous donnent à considérer l’ensemble des chrétiens en ce monde. Mais au préalable, une précision devait être donnée :

20 Quant au mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma droite, et aux sept porte-lampes d'or : les sept étoiles sont les anges des sept assemblées, et les sept porte-lampes sont les sept assemblées.

Les sept assemblées sont sept "porte-lampes", car telle est la vocation des croyants, être "lumière du monde" (Matthieu 5:14), donnant à connaître Celui qui a proclamé : "Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde" (Jean 9:5). Et la question ici se pose : quelle lumière donnent au monde, aujourd’hui, ceux qui se réclament de Jésus Christ ? Lui, il demeure toujours "au milieu des sept porte-lampes", et en outre il "tient dans sa main les sept étoiles", les "anges des assemblées…" Mais qu’en est-il de la chrétienté ?
 
Les lettres aux sept assemblées vont être adressées aux sept étoiles, "les messagers des sept assemblées", à savoir les personnes qui agissent dans ces assemblées de la part du Seigneur pour leur communiquer sa pensée ; nous pensons aux apôtres, aux anciens et, particulièrement, à ceux qui donnent à comprendre la parole de Dieu aux fidèles et les placent ainsi en esprit devant Dieu, ceux que l’Ecriture appelle "prophètes" (Actes 13:1, 1 Corinthiens 12:28, 14:29, Ephésiens 3:5, 4:11). Ils sont "dans la main du Seigneur" pour être ses messagers au sein de l’assemblée. Et quoi de plus cohérent que d’envoyer ces sept lettres à des hommes connus pour leur engagement pour le bien des croyants au milieu desquels ils se trouvent, au milieu de ceux qu’ils servent ! 


 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

06:00 Écrit par Eric dans 01:06 Vision du Fils de l'homme

Les commentaires sont fermés.