18/07/2012

2:18 - Aux assemblées d'Asie (2)


 

A l'ange de l'assemblée à Thyatire – 2:18-29
 
Thyatire, l’actuelle Akhisasar, à soixante kilomètres au nord-est de Smyrne et cinquante kilomètres au nord de Sardes était une ville d’artisans en poterie, en cuivres et en textiles, productrice d’étoffes teintes en pourpre venant d’une plante locale, et qui faisaient la célébrité de la ville dans tout l’empire. Souvenons-nous de "Lydie, marchande de pourpre de la ville de Thyatire, qui servait Dieu" établie dans la ville de Philippes, capitale de Macédoine (Actes 16:14).
 
Les commencements de l’assemblée locale peuvent dater du temps où Paul, basé à Ephèse, annonça l’évangile en Asie (Actes 19:26). Quarante années après ces commencements, un développement inquiétant, très grave, s’y est produit. Des "anciens", fidèles, sont dépassés par la situation car une ou plusieurs personnes ont pris le dessus parmi les chrétiens, les engageant dans un chemin clairement corrompu.
 
La situation est telle que le Fils de l’homme se présente en mettant en exergue ses attributs de juge suprême.

18 À l'ange de l'assemblée qui est à Thyatire, écris : Voici ce que dit le Fils de Dieu, qui a ses yeux comme un feu flamboyant, et dont les pieds sont semblables à de l'airain brillant.
 
19 Je connais tes œuvres, ton amour, ta foi, ton service, ta persévérance et tes dernières œuvres, plus nombreuses que les premières. 20 Cependant j'ai ceci contre toi : tu laisses faire la femme Jésabel, qui se dit prophétesse, enseigner et égarer mes serviteurs en les entraînant à se livrer à la prostitution et à manger des viandes sacrifiées aux idoles.

La référence à Jésabel est vraiment importante. Cette femme était l’épouse du roi Achab de Samarie (874-853), au temps du prophète Elie. Venant de Sidon, ville phénicienne, elle conduisit Achab à adorer Baal (1 Rois 16:31), extermina les prophètes de l’Éternel, s’opposa personnellement à Elie (1 Rois 18:4, 19:2) et perpétra des machinations odieuse contre des hommes fidèles, tel Naboth qui possédait une vigne à côté du palais royal et fut assassiné à l’initiative de Jésabel pour qu’elle puisse offrir à son faible mari la jouissance de cette vigne, objet de sa convoitise (1 Rois 21:14). La fin de cette femme fut abominable (2 Rois 9:36-37), et de son mari il fut écrit : "Certainement il n'y en eut point comme Achab, qui se vendit pour faire ce qui est mauvais aux yeux de l'Éternel, sa femme Jésabel le poussant" (1 Rois 21:25).
 
C’est dire la dérive de ces meneurs qui conduisaient ainsi les chrétiens à se prostituer dans les cultes idolâtres. Ceux que le Fils de l’homme appelle  l’ange de l’assemblée  sont des chrétiens fidèles, serviteurs reconnus pour leur grand engagement de foi, mais ils sont dépassés par "la femme Jésabel", un ou des faux prophètes qui intriguent pour mener les fidèles dans leurs propres voies d’égarement. Non seulement ils sont adeptes eux-mêmes de "la doctrine de Balaam" (2:14), mais ils s’activent à pousser les croyants dans ce funeste chemin.

21 Je lui ai donné du temps pour qu’elle change radicalement, mais elle ne veut pas revenir de sa prostitution. 22 Je vais la jeter sur un lit et dans une grande détresse, elle et ceux qui commettent adultère avec elle, à moins qu'ils ne reviennent de leurs œuvres. 23 Je ferai mourir ses enfants et toutes les assemblées sauront que c'est moi qui sonde les reins et les cœurs, et je vous rendrai, à chacun de vous, selon vos œuvres.

Manifestement, nombre de croyants de la localité étaient tellement avides de paraître bon citoyen qu’ils sacrifient aux idoles, participent aux repas organisés à leur honneur, évitant ainsi de se trouver en marge, limitant ainsi le risque d’être rejetés… Que doivent faire les croyants face à une telle dérive ? Ou plus exactement, que peuvent-ils y faire ? Paul avait déjà averti de cette dérive lorsqu’elle toucha les croyants de Corinthe (1 Corinthiens 5:9-11, 10:20-30), mais ici cela atteint l’impensable, ces personnes allant jusqu’à se prévaloir d’avoir connu "les profondeurs du satan"
 
Ils revendiquent avec prétention la justesse de leur comportement, arguant du fait qu’ils ont, eux, l’intelligence des choses et se permettent d’affirmer qu’ils ont la connaissance de ce qui est qualifié de satanique, clamant qu’ils savent ce que sont les "profondeurs de Satan" ! Ne seraient-ils pas à s’approprier les paroles de Paul, en les tronquant de la conclusion, se mettant donc en opposition avec l’enseignement de l’apôtre, disant haut et fort qu’une idole n’étant rien (1 Corinthiens 8:4), y sacrifier n’est en rien condamnable… Et de déclarer méprisable l’idée que sacrifier aux idoles était se prostituer… et dans la prétention de leur fausse science ils trahissaient le Christ, ayant transformé la liberté chrétienne en licence…
 
Ceux qui demeureront dans cette ornière au lieu de revenir au Christ connaîtront des jours funestes. Il n’y a qu’une seule bonne voie pour ceux qui se sont laissé enlacés par leurs filets, "changer radicalement", se repentir, faire demi-tour. Non pas fuir le monde certes, car il est heureux "s'il est possible, autant que cela dépend de nous, de vivre en paix avec tous les hommes" (Romains 12:18), mais se garder de participer à leurs "mauvaises œuvres" (Colossiens 1:21).
 
Ceci étant, plusieurs à Thyatire ne suivent pas suivi cette voie abominable. Faut-il qu’ils combattent les faux-prophètes, la femme Jésabel qui s’est mise à la tête ? Faut-il qu’ils engagent des débats, provoquent ceux qui s’égarent ?

24 Mais à tous les autres de Thyatire, autant qu'il y en a qui n'ont pas cette doctrine, qui n'ont pas connu les  profondeurs du satan , comme ils disent, je ne mets pas sur vous d’autre fardeau. 25 Seulement, ce que vous avez, tenez-le ferme jusqu'à ce que je vienne.

Il leur est dit de "tenir ferme" jusqu’à ce que le Fils de l’homme soit manifesté ! Autant dire que ce courant manifesté dès ces années dans cette ville d’Asie ne pourra être jugulé, la chrétienté devra poursuivre sa route en ayant en son sein ce courant délétère… Cela pouvait étonner les croyants qui reçurent cette lettre, mais pouvons-nous aujourd’hui être étonnés de ces paroles ? "Ce que vous avez, tenez-le ferme jusqu'à ce que je vienne !"  Autrement dit, marchez dans le chemin proposé par l’apôtre : "Poursuis la justice, la foi, l'amour, la paix, avec ceux qui invoquent le Seigneur d'un cœur pur, mais évite les questions folles et insensées, sachant qu'elles engendrent des contestations" (2 Timothée 2:23). Le combat est personnel, et il faut savoir et accepter que tous ceux qui portent nom de chrétien ne suivent pas le Maître, et qu’un tel courant a même pris une place en vue dans la cité, dans le monde…

26 Celui qui vaincra, celui qui gardera mes œuvres jusqu'à la fin, je lui donnerai autorité sur les nations. 27 Avec un sceptre de fer il les paîtra, comme on brise les vases d’argile, ainsi que j’en ai moi-même reçu le pouvoir de mon Père. 28 Et je lui donnerai l'étoile du matin. 29 Que celui qui a des oreilles écoute ce que l'Esprit dit aux assemblées.

A celui qui tient ferme, une promesse est faite touchant le règne du Fils de l’homme, comment il y sera associé (1:19), ce que Paul avait déjà fait entendre : "Si nous endurons, nous régnerons aussi avec lui" (2 Timothée 2:12). Et pour le soutenir durant son parcours terrestre, face aux courants qui ternissent l’image de la chrétienté, si oppressants aujourd’hui, il aura au cœur la joie si grande de savoir que paraîtra Celui qui est "l’étoile du matin" (22:16).
 
Pierre aussi exhortait à garder au cœur cette attente : "Et nous estimons d’autant plus ferme la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu'à ce que le jour commence à poindre et que l'étoile du matin se lève dans vos cœurs" (2 Pierre 1:19). Et d’ajouter : "Selon sa promesse, nous attendons de nouveaux cieux et une nouvelle terre, dans lesquels la justice habite" (2 Pierre 3:13).

 
A l'ange de l'assemblée à Sardes – 3:1-6
 
Ville de Lydie à quatre-vingt kilomètres à l’est de Smyrne, Sardes fut la très riche capitale du roi Crésus ; elle est arrosée par le fleuve Pactole où selon la légende, il suffisait de se baisser pour ramasser des paillettes d’or. Au tournant du premier siècle de notre ère, Sardes a perdu tout son luxe d’antan, et n’est même plus parmi les villes importantes. Une ville paisible, semble-t-il, où une assemblée chrétienne paraît vivre tranquillement.
 
Nous sommes bien loin de l’esprit qui régnait à Thyatire, assemblée ravagée à l’extrême par la ruine spirituelle. A Sardes nous ne voyons aucune pression de faux prophètes, ni Nicolaïtes, ni Balaamites ; des œuvres sont manifestées et l’enseignement ne présente pas de déviances… Mais est-ce suffisant pour dire qu’une assemblées est vivante ? Il en est Un à qui rien ne peut échapper ; Il a les "sept esprits de Dieu" pour discerner toutes choses (1:4). A son messager, il affirme que l’assemblée à Sardes est morte, rien de moins, une appréciation sans nuance… Pensons à ce que dut être pour les chrétiens de cette localité le coup de semonce d’une telle déclaration.

3  1 À l'ange de l'assemblée qui est à Sardes, écris : Voici ce que dit celui qui a les sept esprits de Dieu et les sept étoiles : Je connais tes œuvres, je sais que tu es réputé vivant, mais tu es mort.
 
2 Sois vigilant et affermis ce qui reste qui est sur le point de mourir, car je n'ai pas trouvé tes œuvres parfaites devant mon Dieu. 3 Rappelle-toi donc ce que tu as reçu et entendu, garde-le et repens-toi. Si tu ne veilles pas, je viendrai sur toi comme un voleur et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai te surprendre. 4 Cependant, tu en as quelques-uns à Sardes qui n'ont pas souillé leurs vêtements ; ils marcheront avec moi en vêtements blancs, parce qu’ils en sont dignes.

Malgré la belle apparence, la clarté de la profession chrétienne, l’assemblée paraît être en lambeaux ! Une consolation toutefois, le jugement sévère, "tu es mort", est nuancé par la reconnaissance d’un lumignon qui brûle encore (Matthieu 12 :20) : "ce qui reste et qui est sur le point de mourir." Toute cette belle réputation de l’assemblée à Sardes n’empêche pas que plusieurs ont "souillé leur vêtement.".
 
Nous voyons ici que la vie du croyant n’est pas seulement respect de règles et maintient de la doctrine, car si cela seul subsiste, le chemin est celui de l’extinction de la vie. La vraie vie ne se manifeste pas par un code de doctrine, mais par un élan, un véritable attachement au Seigneur, à l’image de celui qui veille, attendant sa venue et agissant dans son journalier en relation avec cette grande attente. Tel est l’enseignement du Seigneur (Marc 13:30-37), rappelé plus d’une fois par les apôtres (1 Corinthiens 15:34, 16:13, Ephésiens 5:14, 2 Pierre 1:13, 3:1), et encore dans la suite du livre (16:15). Les croyants avaient à se souvenir "comment ils avaient reçu" (1 Thessaloniciens 1:15, 2:1, 1 Corinthiens 2:1) pour parcourir "ce qui est vraiment la vie" (1 Timothée 6:19, Ephésiens 4:20-24, Colossiens 2:6-7). Nous lisons ici ce que représente aux yeux du Seigneur le seul respect extérieur d’une tradition face aux manifestations de la vraie vie avec Dieu.
 
En principe, tous sont écrits dans le "livre de vie", car leur profession de chrétiens n’est pas contestable aux yeux des hommes, mais Celui qui regarde au cœur connaît la réalité… Et lorsque le livre sera ouvert, certains noms attendus n’y seront pas trouvés (20:12-15, 21:27, Psaume 69:28).

5 Celui qui vaincra, celui-là sera habillé de vêtements blancs, je n'effacerai jamais son nom du livre de vie, je reconnaîtrai son nom devant mon Père et devant ses anges. 6 Que celui qui a des oreilles écoute ce que l'Esprit dit aux assemblées !

Un vêtement blanc, car ils ont le vêtement lavé en vertu de l’œuvre de la Croix (1:5) ; le nom dans le livre de vie (Luc 10:20, Philippiens 4:3), car il n’a pas été effacé ; et la reconnaissance publique du lien établi et maintenu entre le Seigneur et le racheté, ainsi qu’il est écrit : "Quiconque donc me confessera devant les hommes, moi aussi je le confesserai devant mon Père qui est dans les cieux" (Matthieu 10:32). Et l’auteur cite ici, à côté du Père, les anges car ils sont au service du plan rédempteur (Luc 15:10, Hébreux 1:14, 12:22).

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

06:00 Écrit par Eric dans 02:18 Aux Assemblées d'Asie (2)

Les commentaires sont fermés.