07/07/2012

8:1 - Le Septième Sceau


 

L’ouverture du Septième Sceau
Apocalypse 8:1-5

Un silence d’une demi-heure, c’est ce que vécut Jean, un suspens comme le calme qui précède l’orage, où la nature est en attente, comme oppressée. Sept anges recevant chacun une trompette, un instrument pour avertir ceux qui pourront l’entendre (Osée 8:1, Joël 2:1) ; et ensuite un autre ange, devant l’autel. Ce dernier remplit l’office qui fut celui du prêtre dans le sanctuaire du désert et le temple de Jérusalem, faire fumer l’encens sur l’autel d’or qui se trouve devant l’arche d’alliance (Exode 30:7-8).

8  1 Quand il ouvrit le septième sceau, il se fit au ciel un silence d'environ une demi-heure.
 
2 Je vis les sept anges qui se tiennent devant Dieu ; sept trompettes leur furent données.
 
3 Un autre ange vint et se tint debout devant l'autel. Il tenait un encensoir d'or. On lui donna beaucoup de parfums pour qu’il l’offre pour les prières de tous les saints sur l'autel d'or, devant le trône. 4 La fumée des parfums monta de la main de l'ange, avec les prières des saints, devant Dieu. 5 L'ange prit ensuite l'encensoir, le remplit du feu de l'autel et jeta le feu sur la terre ; il y eut des voix, des tonnerres, des éclairs et un tremblement de terre.

Le parfum qui monte de l’autel n’est autre que le souvenir des actes justes des croyants, ainsi que nous lisons : "Soyez donc imitateurs de Dieu comme de bien-aimés enfants, et marchez dans l'amour, comme aussi le Christ nous a aimés et s'est livré lui-même pour nous, comme offrande et sacrifice à Dieu, en parfum de bonne odeur" (Éphésiens 5:1-2). Et dans ce chemin de fidélité, que de souffrances rencontrées, et que de supplications à Dieu ! Ce sont là ces prières qui ont été entendues au ciel, et pour lesquelles vient sur la terre une très sévère rétribution ; au feu de l’autel, un parfum de bonne odeur, répond une pluie d’épreuves pour un monde impie. Comme du feu fut jeté du ciel sur Jérusalem, annonce de la destruction de la ville et du temple (Ezéchiel 10:2).
 
Remarquons qu’il n’y a ici aucun mot touchant la culpabilité à l’égard de la mort du Christ. En effet, il y eût la prière de la croix, la première, "Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu'ils font" (Luc 23:34). Mais Dieu a égard aux souffrances endurées par les hommes (Matthieu 18:6)


 
DES AVERTISSEMENTS
LES SEPT TROMPETTES

Apocalypse 8:6-14:20


Avec l’ouverture du Septième Sceau, nous entrons au cœur des événements annoncés pour la "consommation du siècle" (Matthieu 13:39-40,49, 24:3, 28:20). La succession de tableaux difficiles et souvent violents, car ils parlent essentiellement de jugements divins, ont fait l’objet de tant de lectures contradictoires que nous devons nous prémunir contre toute idée préconçue, et nous garder d’affirmer avoir décrypté ces messages au point de présenter une fresque géopolitique déterminée, pointer du doigt Gog et Magog, fixer une durée au règne du Messie…
 
Les événements annoncés, limpides pour quelques uns, obscurs pour la plupart, seront clairement perçus par les humains qui traverseront la "grande tribulation" (Matthieu 24:21-22) et, pour eux, ces pages seront d’un grand secours pour puiser des forces et supporter avec patience dans la foi. Rappelons que ce livre ne fut pas donné aux tout premiers chrétiens, ce qui nous permet de dire qu’alors ces pages n’étaient pas nécessaires à leur vie journalière, car il n’y avait pas à fortifier en eux l’attente de la révélation en gloire de leur Seigneur. Il vient à la fin du siècle pour soutenir la foi lorsqu’apparaît le déclin constaté à la lecture des lettres aux sept assemblées.
 
Ce qui prime aujourd’hui nous paraît être le sens général des messages, l’affirmation de la puissance du Fils de l’homme et la compréhension du dessein divin, lequel sera de mettre toutes choses en lumière, de faire valoir ce qui est juste, et d’amener les hommes à la paix et la félicité.

*
*   *

L’ouverture du Septième Sceau fait apparaître sept anges portant chacun une trompette, l’instrument qui annonce un danger comme aussi il engage les troupes au combat. Quatre anges font retentir successivement leur instrument, et quand vient le tour des trois derniers, il est question explicitement d’annonces de malheurs, des douleurs qui dépasseront ce qui aura été vécu jusque là.
 
Avant que ne retentisse la septième trompette, des proclamations sont faites, "sept tonnerres" prononcent des paroles qui demeurent scellées, et ensuite l’affirmation que "le mystère de Dieu"  est près de s’achever, assurément le mystère du silence de Dieu touchant ce qui se passe dans le monde. Jean voit alors qu’il se trouvera des témoins de Dieu sur la terre, et qu’ils seront persécutés.
 
Retentit alors la Septième Trompette, et la proclamation de l’avènement du Royaume terrestre de Dieu (11:15). Plusieurs tableaux se succèdent. Une vue du temple de Dieu, et les combats spirituels ; une vue de la terre, avec une bête puissante prenant son essor sur la mer des peuples, et le faux prophète qui agit de concert avec elle ; et enfin l’union de l’Agneau avec des âmes fidèles et l’annonce des jugements. Ceux-ci sont présentés par le tableau des Sept coupes qui apportent la purification de la terre et l’inauguration du Royaume annoncé lors du retentissement de la septième trompette.


 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

06:00 Écrit par Eric dans 08:01 Le Septième Sceau

Les commentaires sont fermés.