03/07/2012

10:1 - Le petit livre ouvert


 

Le petit livre ouvert – 10:1-11
 
Autre tableau. Une apparition tout en puissance et en gloire, un livre ouvert, le retentissement d’une voix, comme un lion et enfin sept tonnerres dont les paroles ne peuvent être transcrites. Illustration de ce qui devait arriver dans un monde ravagé par l’immoralité : meurtres, superstitions, prostitutions, vols.

10  1 Et je vis un autre ange, puissant, qui descendait du ciel, vêtu d'une nuée, un halo autour de la tête ; son visage était comme le soleil et ses jambes comme des colonnes de feu. 2 Il tenait à la main un petit livre ouvert. Il posa le pied droit sur la mer et le gauche sur la terre 3 et cria comme un lion qui rugit. A son cri, les sept tonnerres firent entendre leurs voix. 4 Quand les sept tonnerres eurent parlé, j'allais écrire, mais j’entendis du ciel une voix qui disait : Scelle ce qu’ont prononcé les sept tonnerres, ne les écris pas.

Le  voyant  est placé devant le champ dans lequel s’appliquera cette manifestation de puissance, la mer et la terre, soit, la terre d’Israël et la mer des nations. Le livre est ouvert, nullement scellé, car le constat divin portant sur un monde qui s’est dévoyé est établi, annoncé même par les paroles des tonnerres ;  la voix de l’Éternel  se fait entendre (Psaume 29), mais les paroles que Jean entend, il ne peut les écrire. Leur révélation au monde viendra avec le retentissement de la septième trompette (10:7). C’est ce qu’annonce l’ange "debout sur la mer et sur la terre."

5 Alors l'ange que j'avais vu debout sur la mer et sur la terre leva la main droite vers le ciel, 6 et jura par celui qui vit aux siècles des siècles, qui a créé le ciel et ce qui s’y trouve, et la terre et ce qui s’y trouve, qu'il n'y aurait plus de délai, 7 qu'aux jours où le septième ange sera sur le point de sonner de la trompette, alors le mystère de Dieu sera terminé, comme il en a annoncé la bonne nouvelle à ses serviteurs les prophètes.

"Le mystère de Dieu", nous pourrions sans doute dire "le mystère du silence de Dieu."  Les prophètes n’ont cessé de proclamer que droit serait fait aux martyrs et à tous ceux qui ont souffert l’injustice ainsi qu’à tous les délaissés du monde. Ils ont soutenu la foi des fidèles, particulièrement lors des désastres dans lesquels ils étaient plongés, et dans les souffrances qu’ils enduraient ; ils avaient l’assurance que leurs douleurs n’étaient pas oubliées, et qu’il leur serait fait droit…
 
Mais jusqu’ici rien ne parut entraver le courant d’un monde impie. Et l’on parle du  silence de Dieu.  Voyons les cris exprimés dans divers Psaumes, et notamment : "Jusques à quand, ô Éternel, te cacheras-tu à toujours, et quand donc ta fureur brûlera-t-elle comme un feu ?" (Psaume 89:46, et encore 4:1, 22:2, 143:7 et bien d’autres). Sans oublier les paroles mises dans la bouche de Job : "Je crie à toi, et tu ne me réponds pas ; je me tiens là, et tu me regardes !" (Job 30:20). Ces cris se retrouvaient lorsque nous lisions : "Jusques à quand, ô Souverain, saint et véritable, n’exerceras-tu pas le jugement et ne nous rendras-tu pas droit à l’égard de notre sang sur les habitants de la terre ?" (6:10). Désormais "il n’y aura plus de délai", ni pour le monde, pas plus que pour une assemblée prétendument chrétienne rongée par l’apostasie (2:21-22).
 
Jean entend à nouveau cette voix venant du ciel (1:10, 4:1). Et ici encore, nous le voyons  entrer  dans la vision, participer à la scène, écouter, agir en exprimant les sentiments qu’il éprouve ; et ceci nous est une instruction, car elle montre la démarche attendue du lecteur…

8 La voix que j'avais entendue du ciel me parla à nouveau. Elle dit : Va, prends le petit livre ouvert dans la main de l'ange qui se tient sur la mer et sur la terre. 9 J'allai vers l'ange et lui dis de me donner le petit livre. Il me dit : Prends-le et dévore-le, il remplira ton ventre d'amertume mais dans ta bouche il sera doux comme du miel. 10 Je pris le petit livre de la main de l'ange et je le dévorai. Il fut dans ma bouche doux comme du miel, et quand je l'eus mangé, mon ventre fut rempli d'amertume. 11 Alors il me fut dit : Il faut qu’à nouveau tu parles en prophète sur beaucoup de peuples, de nations, de langues et de rois.

Le mystère de la patience de Dieu sera bientôt du passé, et c’est une consolation extrême, le livre est "doux comme du miel", quoique les jugements annoncés, la justice exercée, soient bien amers au prophète. Il éprouve ici la douleur même de Dieu dans le jugement qui doit être exercé : "Dis-leur : Je suis vivant, dit le Seigneur, l'Éternel, si je prends plaisir en la mort du méchant,... mais plutôt à ce que le méchant se détourne de sa voie et qu'il vive ! Détournez-vous, détournez-vous de vos mauvaises voies…"  (Ézéchiel 33:11).
 
Le livre reçu, Jean est appelé à poursuivre, comme prophète, pour "beaucoup de peuples, de nations, de langues et de rois."

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

06:00 Écrit par Eric dans 10:01 Le petit Livre ouvert

Les commentaires sont fermés.