30/06/2012

11:19 - La femme et le dragon


 

Le monde à la veille du jugement
Apocalypse 11:19-14:20

Alors que la septième trompette vient de retentir, la dernière, et que les coupes du jugement de Dieu sont prêtes à être déversées sur la terre, la vision s’interrompt pour que soient présentés au voyant des tableaux importants pour la compréhension de ce qui va arriver, semblablement à ce que nous avons vue avant que ne soit ouvert le Septième Sceau (7:1-17). C’est ici un tryptique où nous trouvons, au premier volet, ce qui régit le monde, c’est-à-dire l’esprit du mal en action, ensuite le renouvellement de l’Alliance et enfin la venue du Messie.

 
La femme et le dragon – 11:19-12:18
 
Le sanctuaire de Dieu est ouvert, l’arche d’alliance apparaît. Ce tableau est d’une importance essentielle car il atteste, dès l’entrée, la permanence du dessein divin en relation avec Israël, le peuple choisi pour être son serviteur sur la terre (Esaïe 41:8, Romains 9:4, 11:28-29). L’arche d’alliance, symbole de l’alliance autrefois disposée dans le Saint des Saints, coffret de bois imputrescible entièrement plaqué d’or et contenant les tables de la loi, avait été emportée par les flammes lorsque le Temple de Salomon fut incendié par les armées de Nabuchodonosor. Jamais retrouvée, elle est vue dans le ciel ; une vision qui atteste que l’alliance n’est pas oubliée de Dieu.

19 Le sanctuaire de Dieu dans le ciel fut ouvert, et l'arche de son alliance apparut dans son sanctuaire. Il y eut des éclairs, des voix, des tonnerres, un tremblement de terre et une grosse grêle.

"Une femme vêtue de soleil…"  Il est bien significatif que ce lien marital de l’Éternel avec son peuple réapparaisse après qu’Israël ait été déclaré "adultère", tant le royaume des dix tribus que, par après, le royaume de Juda (Jérémie 3:8-11). Rien, en effet, ne pouvait altérer le conseil de Dieu. Avant que vienne la rupture de l’alliance, le Messie avait été annoncée : "Car un enfant nous est né, un fils nous a été donné, et le gouvernement sera sur son épaule ; et on appellera son nom : Merveilleux, Conseiller, Dieu fort, Père du siècle, Prince de paix. À l'accroissement de son empire, et à la paix, il n'y aura pas de fin, sur le trône de David et dans son royaume, pour l'établir et le soutenir en jugement et en justice, dès maintenant et à toujours. Les soins jaloux de l'Éternel des armées accompliront cela."  (Ésaïe 9:5-6). Par la suite, il fut annoncé que le Messie devait être rejeté de la terre : "Après les soixante-deux semaines, le Messie sera retranché et n'aura rien ; et le peuple du prince qui viendra, détruira la ville et le lieu saint, et la fin en sera avec débordement ; et jusqu'à la fin il y aura guerre, un décret de désolations.  (Daniel 9:26). Toutes ces choses sont venues, et "Son enfant fut enlevé auprès de Dieu et de son trône."  (12:5).
 
La "femme vêtue de soleil" apparait dans la vision comme signe de la restauration de l’alliance, concrétisée déjà par la vision des cent quarante-quatre mille d’Israël, symbole d’une vaste compagnie qui se tournera vers le Christ "à la consommation du présent siècle."  Rétablissement de l’alliance ancienne, ou plutôt "la nouvelle alliance"  annoncée par les prophètes (Jérémie 31:31). Paul y faisait écho lorsqu’il écrivit : "Car si leur réjection est la réconciliation du monde, quelle sera leur réception, sinon la vie d'entre les morts" (Romains 11:15). Et il ajoutait : "Et c'est ainsi que tout Israël sera sauvé, comme il est écrit : Le libérateur viendra de Sion, il détournera de Jacob les impiétés ; et telle sera mon alliance avec eux, lorsque j’ôterai leurs péchés"  (Romains 11:26, Ésaïe 59:20-21, 27:9).   "Tout Israël", comme nous voyons ici "la couronne aux douze étoiles" après avoir lu "de toute tribu d’Israël" (7:4). Nous sommes donc devant la nation d’Israël, présente en ce monde et "un reste de la descendance de la femme", ces fidèles appartenant aux douze tribus d’Israël (7:4, 12:17), conformément à la parole d’Esaïe : "Et il arrivera, en ce jour-là, que le résidu d'Israël et les réchappés de la maison de Jacob ne s'appuieront plus sur celui qui les a frappés ; mais ils s'appuieront sur l'Éternel, le Saint d'Israël, en vérité. Le résidu reviendra, le résidu de Jacob, au Dieu fort ; car ton peuple Israël fût-il comme le sable de la mer, un résidu seulement reviendra ; la consomption décrétée débordera en justice."  (Ésaïe 10:20-22).
 
Le temps annoncé par Ésaïe est venu…

12  1 Un grand signe apparut dans le ciel. Une femme vêtue du soleil, la lune sous ses pieds et sur la tête une couronne de douze étoiles. 2 Elle était enceinte et criait dans les douleurs et les tourments de l’enfantement. 3 Et un autre signe apparut dans le ciel, un grand dragon rouge-feu qui avait sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes ; 4 sa queue entraînaît le tiers des étoiles du ciel, et il les jeta sur la terre. Le dragon se posta devant la femme qui allait enfanter, en vue de dévorer son enfant dès qu’elle aurait enfanté. 5 Elle mit au monde un fils, un enfant mâle qui doit paître toutes les nations avec un sceptre de fer. Son enfant fut enlevé auprès de Dieu et de son trône. 6 Quant à la femme, elle s'enfuit au désert où Dieu lui avait préparé un lieu pour qu’elle soit nourrie pendant mille deux cent soixante jours.

Mais quel est donc ce dragon rouge-feu  qui s’échine à vouloir dévorer l’enfant ? Ici encore, Esaïe nous vient en aide, lorsqu’il écrit : "En ce jour-là, le Seigneur fera rendre des comptes, avec son épée acérée, grande et puissante, à Léviathan, le serpent fuyard, à Léviathan, le serpent tortueux ; et Il tuera le dragon qui est dans la mer"  (Esaïe 27:1).
Léviathan, le dragon qui est dans la mer. Cet être mystérieux des récits mythiques de la région de Canaan désigne un monstre marin à sept têtes. Le dragon Léviathan est notamment mentionné dans la littérature d’Ougarit, nation antique sur la côte méditerranéenne orientale, face à Chypre, un royaume araméen dont l’apogée se situe au XIIIème siècle avant notre ère. Autres mentions de Léviathan en Job 3.8 et 40.20 ainsi qu’aux Psaumes 74 et 104.

Sous cette apparence du dragon, nous pouvons discerner tout ce qui, au monde, s’oppose à la foi, à l’attachement à Dieu. Nous trouvons cette réalité du monde dans son caractère de puissance, "le dragon", mais aussi de ruse pernicieuse, "le serpent ancien" (Genèse 3:1-14, Nombres 21:6-9), "le diable et le satan", traduction du terme hébreu pour "l’accusateur".
"L’accusateur."  Souvent traduit "Satan", ce terme est en fait un nom commun qui s’exprime comme "le satan", un adversaire. Les occurrences dans la Bible hébraïque sont les suivantes : 
• Nombres 22:22,32. L’Ange du Seigneur, adversaire de Balaam.
• 1 Samuel 29:4, 2 Samuel 19:22, 1 Rois 5:4, 11:14,23,25, Psaume 109:6. Des ennemis, personnes ou nations, qui font la guerre à Israël ou au fidèle.
• 1 Chroniques 21:1. Le seul passage où terme "le satan" est utilisé dans le sens d’une puissance qui induit à mal faire ; mais le passage parallèle, et plus ancien, de 2 Samuel 24:1, indique que la tentation de faire un dénombrement vient de l’Éternel lui-même, ce qui exclut l’idée d’un être démoniaque particulier.
• Zacharie 3:1-2 ainsi que Job 1:6-12 et 2:1-7. Le terme y est utilisé dans le sens de l’accusateur public dans une cour de justice. Remarquons que tout au long du livre de Job, un doute est émis par les interlocuteurs de Job ; mais à la fin ils ont tous la bouche fermée et sont poussés à se rendre auprès de Job pour constater que "L'Éternel tint Job pour agréable" (Job 42:9).
 
"Le serpent", dans la Bible hébraïque. Substantif qui dérive d’un verbe exprimant la pratique de la divination (Lévitique 19:26, 1 Rois 20:33, 2 Rois 17:17, 21:6). Le nom lui-même évoque le pouvoir de séduction (Genèse 1:3). L’apôtre exploite d’ailleurs cette image de la séduction d’Eve pour parler du danger de laisser la corruption s’introduire dans les pensées, et ceci sans introduire de puissance extérieure à l’homme (2 Corinthiens 11:3).

Remarquons que c’est sous une forme proche d’une parabole que "le diable" est présenté tout au long des Evangiles comme une puissance effective, agissant de l’extérieur pour conduire l’homme dans un chemin réprouvé ; un être malfaisant et intrigant, séducteur. Et dans cette ligne, vient alors l’image du combat mené par Michaël, le champion au service du peuple de Dieu.
A propos de Michaël. Une vision antérieure nous ouvre un regard sur un autre combat, lorsque l’archange combattit auprès du roi de Perse : "le chef du royaume de Perse m'a résisté vingt et un jours, et voici, Michaël, un des premiers chefs, vint à mon secours : et je restai là, auprès des rois de Perse." (Daniel 10:13)
 
Dans l’épître de Jude, nous trouvons une autre mention de Michaël : "Mais Michaël l’archange, quand, discutant avec le diable, il contestait touchant le corps de Moïse, n’osa pas proférer de jugement injurieux contre lui ; mais il dit : Que le Seigneur te censure !"  (Jude 9). La sépulture de Moïse n’est pas connue, ainsi que nous le lisons  (Deutéronome 34:6). L’assertion faite ici par Jude est assurément induite par une tradition juive non biblique connue en ce premier siècle de la chrétienté. Jude évoque manifestement cette tradition juive non comme article de foi, mais comme enseignement à l’égard de ceux qui s’écartent de la vérité pour introduire leurs propres pensées.
 
La fin du livre de Daniel doit être lue avec attention, car il y est parlé des temps de la fin : "Et en ce temps-là se lèvera Michaël, le grand chef, qui tient pour les fils de ton peuple ; et ce sera un temps de détresse tel, qu'il n'y en a pas eu depuis qu'il existe une nation jusqu'à ce temps-là. Et en ce temps-là ton peuple sera délivré : quiconque sera trouvé écrit dans le livre. Et plusieurs qui dorment dans la poussière de la terre se réveilleront, les uns pour la vie éternelle, et les autres pour l'opprobre, pour être un objet d'horreur éternelle. Et les sages brilleront comme la splendeur de l'étendue, et ceux qui ont enseigné la justice à la multitude, comme les étoiles, à toujours et à perpétuité. Et toi, Daniel, cache les paroles et scelle le livre jusqu'au temps de la fin. Plusieurs courront çà et là ; et la connaissance sera augmentée." (Daniel 12:1-4).

Le combat de Michaël face au satan paraît bien l’expression non de personnalités qui s’affrontent, mais d’une vue du  bien qui s’oppose au  mal. Une clarification sur la terre, une séparation entre les tenants de ce qui est droit devant Dieu d’une part et les hommes qui se complaisent dans l’injustice de l’autre  (22:11). Un conflit ouvert tel que les hommes des deux bords ne peuvent plus faire même quelques pas ensemble, contrairement à ce qui se passe depuis que le monde est monde. Cette forme de clarification produit au ciel une louange d’une rare puissance.

7 Il y eut un combat dans le ciel. Michaël et ses anges combattirent le dragon. 8 Et le dragon combattit, lui et ses anges, mais il ne fut pas le plus fort, et il ne se trouva plus de place pour eux dans le ciel. 9 Il fut jeté en bas, le grand dragon, le serpent ancien, celui qui est appelé le diable et le satan, celui qui égare la terre habitée tout entière ; il fut précipité sur la terre, et ses anges avec lui. 10 Alors j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait : Maintenant sont venus le salut, la puissance et le règne de notre Dieu, et le pouvoir de son Christ ; car l'accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit, a été précipité. 11 Mais eux l’ont vaincu à cause du sang de l'Agneau et à cause de la parole de leur témoignage ; ils n'ont pas aimé leur vie, même face à la mort. 12 Aussi, réjouissez-vous, cieux, et vous qui y avez votre demeure. Mais quel malheur pour vous, terre et mer, car le diable est descendu vers vous en grande fureur, sachant qu'il a peu de temps.
 
13 Quand le dragon vit qu'il avait été précipité sur la terre, il poursuivit la femme qui avait enfanté l’enfant mâle. 14 Alors les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu'elle s'envole au désert, vers ce lieu où elle devait être nourrie un temps, des temps et la moitié d'un temps, loin du serpent. 15 De sa bouche, le serpent vomit de l'eau comme un fleuve après la femme, pour que le fleuve l’emporte. 16 Mais la terre secourut la femme ; elle ouvrit sa bouche et engloutit le fleuve que le dragon avait vomit de sa bouche. 17 Etant en colère contre la femme, le dragon s'en alla faire la guerre au reste de la descendance de la femme, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui portent le témoignage de Jésus.

Le combat mystique de Michaël contre le serpent, et donc en pratique la séparation des témoins de Dieu d’avec les hommes qui mènent le monde, produit la colère et la soif de vengeance. "L’enfant mâle" demeure sans qu’il put lui être fait aucun mal, "la femme" subsiste toujours en ceux qui sont nommé ici "le reste de la descendance de la femme" (12:17, Ésaïe 10:20-22). La persécution fait rage, mais le temps de ce drame est déterminé, "mille deux cent soixante jours" (11:3, 12:6), ou, autrement exprimé, "un temps, des temps et la moitié d'un temps" (12:14, Daniel 12:7) ou encore "quarante-deux mois" (11:2, 13:5).

La même durée est mentionnée en années (des temps), en mois puis en jours. Sans prétendre fournir d’explication à ce que nous pouvons appeler des variantes, reprenons-les dans l’ordre où elles paraissent au livre de l’Apocalypse :
• "Quarante-deux mois." C’est le temps durant lequel les nations foulent la cité sainte (11:2), et durant lequel  la bête montée de la mer, ayant dix cornes et sept têtes, profère des paroles arrogantes et des blasphèmes  (13:5).
• "Mille deux cent soixante jours", le temps de la puissance des deux témoins parlant en prophètes, vêtus de sacs (11:3), tandis que la femme ayant donné naissance à l’enfant mâle est gardée en un lieu désert, à l’abri (12:6).
• Un temps, des temps et la moitié d'un temps  est donné pour la même scène, la femme gardée et nourrie dans un désert, loin du serpent  (12:14). Jusqu’à l’achèvement de toutes choses, comme il est écrit dans la vision du livre de Daniel (Daniel 12:7)

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

06:00 Écrit par Eric dans 11:19 La Femme et le Dragon

Les commentaires sont fermés.